La littérature policière s’efforce de refléter la société telle qu'elle a été, qu'elle est, ou qu'elle devient.
Est-ce prétendre, alors, qu’énigmes, crimes ou intrigues, ne sont que prétextes à évoquer des faits passés, actuels ou futurs, qu'ils soient politiques, économiques, sociaux, régionaux ou nationaux, voire internationaux ?
Certainement pas.
Néanmoins l'enquête policière se déroule dans un environnement donné. Enquêteurs et criminels sont des hommes et des femmes immergés dans ce contexte.
Pour ce qui est de l'environnement, dans mes polars, c'est le Sud. Le sud de la France, et plus particulièrement, le Var, ses paysages, son climat, la mer, la mentalité de ses habitants, l'apparente convivialité et la violence sous-jacente.
Pour le contexte sociétal, ce sont les grands thèmes qui marquent notre époque : les injustices, la science, l'écologie, le climat, les migrations, le terrorisme, les droits de l'homme, le nationalisme, etc...

mardi 13 novembre 2018

Ils ont voulu nous civiliser

 Un très bon polar social.
   Ferrer, un petit trafiquant sans envergure, mais pas bien méchant, s’associe pour un coup foireux avec un dénommé Baxter, un vrai criminel, lui. La collaboration entre ces deux hommes tourne mal et Ferrer pensant avoir tué Baxter s’enfuit. Ce dernier se lance alors à sa poursuite avec deux complices, avides de vengeance. Une longue traque s'engage.
   Tandis qu’une terrible tempête s’abat sur le sud-ouest, Ferrer, pour sauver sa peau, trouve refuge chez un ancien soldat d’Algérie. Sous couvert de souvenirs de cette sale guerre et d’une belle, mais tragique, histoire d’amour, Ferrer et le rustre Alezan (le surnom de l’ancien appelé), vont être confrontés à une violence barbare et cruelle, sur fond nostalgie, de guerre d’Algérie, de racisme et d’amitié.
Critique de Télérama : Marin Ledun réussit un très beau polar social… rythmé par la violence de l’ouragan.
Note : 8/10
Ils ont voulu nous civiliser, Marin Ledun, Editions j'ai lu, 8 €