La littérature policière s’efforce de refléter la société telle qu'elle a été, qu'elle est, ou qu'elle devient.
Est-ce prétendre, alors, qu’énigmes, crimes ou intrigues, ne sont que prétextes à évoquer des faits passés, actuels ou futurs, qu'ils soient politiques, économiques, sociaux, régionaux ou nationaux, voire internationaux ?
Certainement pas.
Néanmoins l'enquête policière se déroule dans un environnement donné. Enquêteurs et criminels sont des hommes et des femmes immergés dans ce contexte.
Pour ce qui est de l'environnement, dans mes polars, c'est le Sud. Le sud de la France, et plus particulièrement, le Var, ses paysages, son climat, la mer, la mentalité de ses habitants, l'apparente convivialité et la violence sous-jacente.
Pour le contexte sociétal, ce sont les grands thèmes qui marquent notre époque : les injustices, la science, l'écologie, le climat, les migrations, le terrorisme, les droits de l'homme, le nationalisme, etc...

jeudi 28 décembre 2017

Réflexions

« La vallée des temples » soulève de nombreuses questions. Je vais tenter une réponse globale car en fait plusieurs points évoqués par les lecteurs sont liés.

Lorsque l’envie m’est venue de retrouver mes personnages pour une nouvelle enquête je me suis demandé dans quel contexte sociétal je situerais l’affaire criminelle. C’est toujours ainsi que commence ma réflexion. 

Plusieurs domaines me sont alors venus à l’esprit.
Les imprimantes 3D qui se perfectionnent de plus en plus et qui sont vraiment étonnantes.
L’intelligence artificielle, sujet d’actualité s’il en est.
Les drones qui investissent de nombreux domaines, tant militaires que civils.
Les fablabs, ces formidables laboratoires auprès des universités, qui permettent à des universitaires, des chercheurs, des techniciens, des artisans, des ouvriers, des étudiants de travailler ensemble sur leurs projets, de confronter leurs idées, de résoudre leurs problèmes, de « bricoler », d’expérimenter.
Les migrations, bien sûr, leurs cortèges de drames en Méditerranée, en Sicile.
Le nationalisme qui monte dans toute l’Europe, le rejet des étrangers.

Donc, les idées ne me manquaient pas. Tous ces sujets m’intéressaient. Lequel choisir ?
Eh bien, précisément, je n’ai pas choisi. J’ai tout pris et cela a donné ce polar "cocktail" dont le succès ne cesse de m’étonner. Le premier tirage est déjà épuisé.

Je voudrais ajouter que tous les détails et les développements qui concernent ces thèmes sont, bien entendu, parfaitement documentés et vérifiables. Tout est exact, y compris les activités de l’entreprise DCN domiciliée à Ollioules. 
Mon imagination ne tient, dans ce roman, que dans l’histoire et les personnages. Comme dans les épisodes précédents.

Mes lecteurs fidèles savent cela depuis la parution de « Crimes et sentiments » !