La littérature policière s’efforce de refléter la société telle qu'elle a été, qu'elle est, ou qu'elle devient.
Est-ce prétendre, alors, qu’énigmes, crimes ou intrigues, ne sont que prétextes à évoquer des faits passés, actuels ou futurs, qu'ils soient politiques, économiques, sociaux, régionaux ou nationaux, voire internationaux ?
Certainement pas.
Néanmoins l'enquête policière se déroule dans un environnement donné. Enquêteurs et criminels sont des hommes et des femmes immergés dans ce contexte.
Pour ce qui est de l'environnement, dans mes polars, c'est le Sud. Le sud de la France, et plus particulièrement, le Var, ses paysages, son climat, la mer, la mentalité de ses habitants, l'apparente convivialité et la violence sous-jacente.
Pour le contexte sociétal, ce sont les grands thèmes qui marquent notre époque : les injustices, la science, l'écologie, le climat, les migrations, le terrorisme, les droits de l'homme, le nationalisme, etc...

dimanche 17 décembre 2017

Lectures de fin d'année

Quatre polars, quatre écritures différentes, quatre histoires, quatre romans intéressants.

Le temps est assassin, de Michel Bussi.
L'histoire de Clotilde qui revisite son passé, ses souvenirs de vacances d'adolescente en Corse, la mort de ses parents et de son frère aîné dans un accident de la route, presqu'île de la Revellata. Elle a été la seule survivante. C'était en 1989.
En 2016, Clotilde revient pour la première fois sur les lieux du drame, avec son mari et sa fille qui a à peu près le même âge qu'elle au moment de l'accident.
Au camping, où elle a vécu son dernier été avec ses parents et son frère, elle reçoit une lettre... de sa mère !
Il faut le talent de Michel Bussi pour rendre cette histoire non seulement crédible, mais aussi haletante et belle. Ce n'est pas un polar au sens strict, je dirais plutôt que... c'est de la littérature tout simplement.
A lire absolument.
Pocket - 8.20 €

Note : 10/10

Le chant des dunes, de John Connoly.
Un thriller dans un univers très noir qui mêle le suspense au fantastique et à l'Histoire avec un grand H.
Mais évidemment, c'est ce côté fantastique qui peut surprendre le lecteur qui peut le ressentir comme une facilité.
Soixante-dix ans après la guerre, les fantômes de l'holocauste viennent hanter ce coin perdu et venteux d'une petite station balnéaire du Maine (Etats-Unis).
C'est un détective privé en piteux état qui mène l'enquête.
Du grand art, comme toujours avec Connoly. Une documentation riche et minutieuse sur le nazisme et la période trouble qui a suivi avec les bourreaux réfugiés en Amérique du Sud et aux USA.
Pocket - 8.00 €

Note : 8/10

Un charmant petit village, de Jean-Michel Lecocq.
L'éditeur ajoute au dessous du titre : roman policier, mais pas que... Et il a bien raison.

L'intrigue se passe dans un petit village du Haut-Var, à Villecroze, où tout le monde se connaît et est bouleversé par la découverte du double suicide d'un couple, gérant d'une maison d'hôtes.
L'enquête est menée en secret par le commissaire Payardelle, star de la crim' au 36 quai des orfèvres, officiellement en vacance dans le Var.
L'ambiance du village est remarquablement rendue par cet auteur qui vit en Provence. Il y a parfois dans ce roman, du Giono ou du Magnan.

Très agréable à lire. Un cadeau pour Noël ?
Editions Lajouanie - 18 €

Note : 7/10

Tension extrême, de Sylvain Forge.
La science complice du crime.
Tout commence par la découverte de deux meurtres étonnamment simultanés. L'enquête, menée par une jeune commissaire à peine sortie de l'école et son adjointe, ancienne du 36, déclenche une cyberattaque qui paralyse la PJ de Nantes.
Aux limites du virtuel et de la réalité, les nouvelles technologie de l'intelligence artificielle conduisent parfois à la folie.

Ce Prix du quai des Orfèvres 2018, comme c'est souvent le cas depuis quelques années, est parfois un peu confus. Les explications scientifiques, pour ne pas ennuyer le lecteur, sont souvent tronquées ce qui les rend incompréhensibles. Ce qui compte, c'est le suspense, bien sûr
.
Editions Fayard - 8.90 €

Note : 7/10