La littérature policière s’efforce de refléter la société telle qu'elle a été, qu'elle est, ou qu'elle devient.
Est-ce prétendre, alors, qu’énigmes, crimes ou intrigues, ne sont que prétextes à évoquer des faits passés, actuels ou futurs, qu'ils soient politiques, économiques, sociaux, régionaux ou nationaux, voire internationaux ?
Certainement pas.
Néanmoins l'enquête policière se déroule dans un environnement donné. Enquêteurs et criminels sont des hommes et des femmes immergés dans ce contexte.
Pour ce qui est de l'environnement, dans mes polars, c'est le Sud. Le sud de la France, et plus particulièrement, le Var, ses paysages, son climat, la mer, la mentalité de ses habitants, l'apparente convivialité et la violence sous-jacente.
Pour le contexte sociétal, ce sont les grands thèmes qui marquent notre époque : les injustices, la science, l'écologie, le climat, les migrations, le terrorisme, les droits de l'homme, le nationalisme, etc...

mercredi 19 septembre 2012

CARNET DE LECTURE

 Le laboratoire du diable
  
Tout d'abord, je dois dire que je l'ai commencé un après-midi à l'heure de la sieste, mais que je n'ai pas dormi ; j'en ai lu 150 pages sans m'arrêter et le soir j'ai terminé ! Cela ne m'arrive que très rarement.
L'intrigue m'a passionnée. J'ai trouvé très original le sujet même : la modification du séquençage de l'ADN (si j'ai bien compris), "le marché des androïdes". La façon dont l'intrigue progresse, les fausses pistes, puis peu à peu l'idée qui se fait jour dans les esprits des enquêteurs, bref le suspense, c’est très fort, très prenant.
Le lieutenant – pardon, l’inspecteur – de police a un caractère et une façon de procéder qui me sont fort sympathiques : un homme avec des qualités, des faiblesses, pas un superflic, un père qui a de belles relations avec sa fille : amour et respect mutuel.  
J'ai bien ri quand j'ai lu que le petit cours de Lucien Mignard à Félicien Aubin se terminait par la recommandation de lire " un petit ouvrage de vulgarisation scientifique ", « L'ADN en question(s) », de… René Le Gal. Je ne l'ai pas encore lu. Mais sans plaisanteries cette fois, les explications scientifiques m'ont bien intéressées.
Dans les dernières lignes, j'ai bien noté que le député varois échappe à la justice et aussi que ce n'est pas l'équipe qui a mené l'enquête qui est félicitée, mais les deux commissaires divisionnaires, toulonnais et marseillais. J'aimerais savoir ce que pensent certains de cette description du monde policier.
L'évocation de Toulon et autres lieux varois est très agréable à une Toulonnaise ; mais je pense qu'un "estranger" à Toulon s'y retrouve très bien, sans pittoresque inutile.
Et bien sûr toutes les incises politiques m'ont bien plu. La victoire de la gauche en 2012, avec un certain nombre de réserves que je peux partager. Les choix musicaux aussi.

Le livre refermé, subsiste une question : est-ce que cela pourrait être vrai ou est-ce de la science-fiction ? On croirait lire le récit d'une véritable enquête et cela interpelle.

Je sais que le polar actuel a pour caractéristique de porter un regard critique sur la société, un peu comme une certaine science-fiction, bien loin de l'intrigue des romans policiers comme ceux écrits par Agatha Christie et c'est ce qui fait que j'apprécie particulièrement ces auteurs, comme Maurice Gouiran ou Jean-Pierre Orsi. D'ailleurs la présentation de la 4ème de couverture l’expose bien : "prétexte à décrire la condition humaine dans son creuset social, politique et écologique".

Pour ce qui est de la langue (ah ! voilà la prof de français !), rien à redire ! Très bien !

Je n'ai pas pu relire "Crimes et sentiments" dans la foulée, comme j'aime à le faire.
                                                                       
                                                                                                      Maguy Fache. Août 2012